< Retour

Eau potable

Depuis décembre 2012, les résidences et les commerces de Sainte-Marthe-sur-le-Lac sont alimentés en eau potable par un système de captation de l’eau souterraine provenant des anciennes sablières Bon Sable et Val des Sables (toujours remplies d’eau), situées à l’extrémité ouest du territoire et au sud du chemin d’Oka.

L’eau de ces deux lacs est d’abord filtrée naturellement par le sable, puis elle est captée par sept puits creusés dans une bande de sable située entre les deux lacs. Elle est ensuite distribuée à toutes les résidences et à tous les commerces du territoire après une désinfection préventive.

Ce projet initial de 5 M$ a été subventionné à 60 %, notamment par une partie des revenus de l’accise sur l’essence. La Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac a également pu compter sur la participation de la Chaire industrielle CRSNG en eau potable de l’École Polytechnique de Montréal.

L’eau des lacs Val des Sables et Bon Sable est analysée chaque saison, et celle des puits, tous les mois. Il est important de noter que ces analyses ne sont pas obligatoires en vertu de la réglementation provinciale, mais constituent une initiative responsable de la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Enfin, la consommation projetée n’affectera pas le niveau d’eau de ces lacs, qui bénéficient annuellement de précipitations suffisantes et de la fonte des neiges.

La Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac a entrepris, en août 2016, des travaux de construction d’un bâtiment adjacent à la station d’eau potable afin d’y installer un système de traitement de pointe permettant de résoudre des problématiques esthétiques découlant de la dureté de l’eau. Le nouvel équipement est prévu être en fonction au cours du printemps 2017.

 Foire aux questions

Voici une foire aux questions qui vous permettra de mieux comprendre le projet.


Est-ce que l’eau potable de la municipalité rencontre actuellement les exigences du Règlement sur la qualité de l’eau potable du Québec ?


L’eau potable respecte le Règlement sur la qualité de l’eau potable du Québec. Il est important de mentionner que si nous ne respections pas la réglementation, nous ne pourrions distribuer notre eau.


Pourquoi la Ville a dû effectuer ce type de travaux? Quelle était la problématique?


La Ville est actuellement en train de mettre en place un nouveau système de traitement de l’eau qui vise essentiellement à solutionner les problèmes esthétiques qui ont été rapportés par plusieurs citoyens.


Quelle est la nature de ces travaux ?


Les travaux en cours visent à installer un système de filtration des eaux. Une fraction de l’eau sera traitée à l’aide d’un filtre biologique utilisant des bactéries pour transformer le manganèse dans une forme filtrable. L’objectif est d’abaisser la concentration sous le seuil où des effets esthétiques sont rapportés par des citoyens. En parallèle, une installation de nanofiltration aura pour fonction de réduire la dureté de l’eau. La nanofiltration est une technologie apparentée à l’osmose inverse. C’est une technologie de filtration très poussée réalisée à l’aide de membranes opérées sous pression.  


Il y a eu des avis d’ébullition d’eau à quelques reprises depuis le début des travaux. Est-ce que ça va s’arrêter lorsque ces travaux seront complétés.


Il est important de rappeler que ces avis d’ébullition ont été émis à titre préventif uniquement. Dans le cadre des travaux en cours, l’une des étapes consiste au raccordement du nouveau système au réseau de distribution d’eau potable. Afin de réaliser cette étape, les lois et règlements en vigueur exigent que la Ville vérifie la qualité de l’eau à la fin de cette étape et que pendant cette période de temps, il est requis de demander aux citoyens de faire bouillir l’eau avant de la consommer, et ce, à titre préventif. Puisque nous sommes à la fin de cette étape, c’est ce que nous sommes en train de faire. Les analyses requièrent environ 4 jours. 


Est-ce que les désagréments esthétiques de certains citoyens vont s’arrêter à la suite des travaux ?


À la suite de la mise en route du nouveau système, il y aura un contrôle adéquat de l’eau qui entre dans le réseau de distribution. Cependant, le réseau de distribution de la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac inclut encore plusieurs conduites en fonte qui peuvent être, sous certaines conditions, à l’origine de désagréments esthétiques. La Ville continuera donc à mettre en œuvre un programme de suivi régulier de la qualité de l’eau sur le réseau de distribution. Une période de transition est également à prévoir suite au démarrage afin de stabiliser le réseau sous les nouvelles conditions d’exploitation. Le rinçage du réseau d’aqueduc de la Ville est prévu au printemps 2017. Ce rinçage permettra d’évacuer les dépôts accumulés dans le réseau de distribution. Pour toutes ces raisons, les désagréments devraient s’atténuer de façon importante au début de la mise en opération pour en arriver à ce qu’il n’y en ai plus du tout. Il est important de mentionner qu’il faut laisser le temps au réseau de se vider complètement de sa concentration en fer et manganèse. 


Vous avez mentionné que les travaux allaient être complétés en novembre 2016 et ces travaux ne sont toujours pas complétés. Pourquoi ce retard ?


Nous avons connu des délais dans la réalisation du projet et nous avons dû réajuster notre échéancier en cours de travaux. La Ville devait s’assurer que le système soit alimenté en électricité pour que les travaux puissent se poursuivre. Par conséquent, il a fallu attendre Hydro-Québec avant de procéder. Depuis, la Ville effectue les vérifications requises pour s’assurer que l’ensemble de l’équipement installé fonctionne bien. Ces vérifications se déploieront durant un mois, à la suite de quoi l’eau pourra être distribuée aux citoyens.


Quels sont les coûts de ce projet ? Est-ce que la Ville va recevoir une subvention de la part du gouvernement ?


Ce projet additionnel pour contrer les problématiques esthétiques représente un investissement de 5 529 000 $, dont 90 % sont assumés par le gouvernement du Québec grâce au programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec 2014-2018 (TECQ), ce qui signifie des coûts d’environ 550 000 $ pour la Ville.


Rinçage unidirectionnel

Afin d’assurer la qualité de l’eau potable, la Ville mandate une firme spécialisée pour procéder au rinçage unidirectionnel du réseau d’aqueduc municipal, et ce, deux fois par année.

Pour plus d'informations sur les opérations de rinçage, visitez : www.ville.sainte-marthe-sur-le-lac.qc.ca/rincage-unidirectionnel


Odeur d’égout dans la maison

Si vous remarquez une odeur d’égout dans votre résidence, elle ne provient aucunement de l'eau potable. Elle pourrait provenir du drain de plancher situé au sous-sol ou encore au dysfonctionnement du clapet anti-retour.

Pour remédier à cette situation, il suffit de verser un grand verre d’eau dans ce drain et d’y ajouter une cuillerée à thé d’eau de javel.

Si le problème persiste, communiquez avec le Service des travaux publics et de l’entretien du territoire au 450 472-7310, poste 111.